Des hauts, des bas et l’inconnu: Des sociétés albertaines de médias numériques reviennent sur 2020

Comme le reste du pays, l'Alberta a subi de plein fouet les répercussions économiques de la crise sanitaire de la COVID-19. Son secteur des médias numériques compte notamment des entreprises qui ont souffert indirectement de la baisse historique du prix du pétrole cette année. Pourtant, d'autres sociétés sont arrivées à tirer leur épingle du jeu et illustrent que des opportunités intéressantes sont à saisir dans le secteur numérique pour les entrepreneurs de la province de l'ouest. 

Lorsque les entreprises offrant des services non essentiels ont été contraintes de fermer à la fin de mars en Alberta, la clientèle et le personnel des centres de conditionnement physique ont dû trouver de nouvelles façons de garder la forme. C’est à ce moment que Plankk, une société de conception d’applications d’entraînement physique établie à Calgary, a connu une hausse fulgurante de la demande envers ses services. La société albertaine développait déjà des applications destinées à des influenceurs du domaine du conditionnement physique. Ainsi, lorsque des entraîneurs personnels ont eu besoin de trouver un nouveau moyen de gagner leur vie, elle s’est adaptée. «Plankk est très chanceuse de travailler dans le secteur, a confié Colin Szopa, son chef de la direction. Nous faisons partie des quelques industries qui ont connu une accélération d’au moins cinq ans.» Il ajoute que la société a dû embaucher du personnel pour répondre à la demande. « Neuf mois plus tard, la demande ne fléchit pas ».

Le succès pour cette entreprise particulière n’est toutefois pas la norme dans la province. Il y a eu d’énormes pertes d’emplois dans l’industrie pétrolière et gazière, un moteur important de l’économie de l’Alberta. La province de l’Ouest a connu en outre l’un des taux de chômage les plus élevés du pays au cours des derniers mois.

En ce qui concerne le secteur des médias numériques, les experts affirment que le rendement des entreprises albertaines a beaucoup varié au cours de la pandémie. Pour celles qui dépendent des sociétés énergétiques de la province, les neuf derniers mois ont été difficiles, indique Luke Azevedo, de Calgary Economic Development. Pour d’autres, comme celles du secteur des médias interactifs et des jeux, la demande a considérablement augmenté, puisque les gens, confinés à la maison, se sont tournés vers les jeux et les émissions en ligne. «Je crois que tout le monde est en train de s’adapter, ajoute Luke Azevedo. Il le faut. C’est un constat.»

Miranda Amey fait partie de ceux et celles qui ont été forcés de s’adapter. Établie à Edmonton, Framiras Digital Media, la société dont elle est copropriétaire, a perdu l’un de ses principaux clients, celui-ci ayant décidé de créer ses vidéos à l’interne. «Ça a été un grand choc, car c’était un client habituel», explique Miranda Amey, ajoutant que de nombreuses entreprises ont besoin de vidéos actuellement, et ce, plus que jamais. «Il y a dix ans, il fallait convaincre les entreprises d’avoir un site Web. Maintenant, toutes en connaissent la nécessité, et nous en sommes à l’étape de les convaincre que la vidéo constitue la meilleure forme de contenu et qu’elle peut les aider.» Elle ajoute : «Actuellement, personne ne veut entendre cela. Tout le monde est stressé et les entreprises sont en difficulté.»

Miranda Amey, copropriétaire de Framiras Digital Media, se consacre à une autre entreprise pendant que les affaires tournent au ralenti.

Sans nouveaux clients depuis le début de la pandémie, Amey et son associé ont décidé de créer une deuxième entreprise pendant que les affaires tournent au ralenti. Délaissant complètement, mais temporairement, le secteur des médias numériques, ils ont ouvert le Palette Cafe, un café végan. Même si ce virage dans un tout autre secteur semble radical, Amey indique qu’elle n’est qu’un exemple de propriétaires d’entreprises de la province qui se sont adaptés à la crise. «Je dirais que les entreprises ont été plus touchées en Alberta qu’ailleurs, mais notre esprit d’entreprise est très aiguisé, donc nous sommes peut-être plus en mesure d’encaisser les coups que dans les autres provinces.»

 

 

Aide financière

En octobre, le gouvernement de la province a annoncé qu’il verserait un supplément de cinq millions de dollars à son programme de financement pour les startups du milieu de la tech. L’Accelerate Fund, qui vise à soutenir les nouvelles entreprises technologiques et les propriétaires d’entreprise, est donc passé à 15 millions de dollars. «C’est l’une des sources de financement qui existent», déclare Azevedo à propos du fonds. Mais il attribue le mérite de la croissance pendant la pandémie aux entrepreneurs locaux. «Il ne faut pas oublier les raisons pour lesquelles l’industrie est là et il faut souligner qu’elle est en croissance grâce aux gens qui y travaillent.» Il ajoute : «Beaucoup sont des gens d’ici qui ont commencé à l’apparition du secteur dans la province. Ils ont évolué en même temps que lui et sont restés travailler sur place, même s’ils savaient qu’il y avait des débouchés ailleurs, peut-être plus lucratifs.»

Vince O’Gorman, chef de la direction de l’entreprise Vog App Developers, est l’un de ceux-là. S’il a songé à déménager son entreprise au Texas, il a pris la décision de finalement rester à Calgary pendant la pandémie. Neuf mois plus tard, O’Gorman affirme que ce choix a été le bon. Le personnel de Vog a presque doublé, comptant désormais 47 employés, pour répondre à la demande de logiciels et d’applications mobiles personnalisés. «Je ne sais pas si c’est aussi le cas des autres entreprises du secteur, mais notre croissance est extrêmement vigoureuse.»

Azevedo et les autres qui espèrent que le secteur des médias numériques de l’Alberta prendra de l’expansion en 2021 attendent encore que le gouvernement provincial mette en place un crédit d’impôt pour les médias numériques interactifs, à l’instar d’autres provinces. L’entrepreneur précise qu’il s’agit de la prochaine étape pour faire augmenter le nombre d’entreprises de médias numériques en Alberta. «Nous n’en sommes plus à l’étape de tâtonner. Nous avons commencé à marcher, mais il faudrait maintenant arriver à courir», dit-il. «La diversification économique est maintenant une réalité pour l’Alberta. Nous n’avons plus le choix. Beaucoup d’emplois perdus ne reviendront plus.»

Il conclut : «C’est le moment de saisir les occasions.»


Stephanie Dubois
Stephanie Dubois
Stephanie Dubois est une journaliste et rédactrice comptant près de deux décennies d'expérience dans les médias. Elle est actuellement journaliste et productrice associée à CBC News Edmonton. Son expérience de journaliste inclut CTV News, Metro News Canada, Pages Jaunes et diverses autres publications imprimées et en ligne. Elle fait également du bénévolat à titre de coordonnatrice des médias sociaux pour la branche de Crohn et Colite Canada située en Alberta et dans les Territoires du Nord-Ouest.
En savoir plus