À la rencontre de Karine Dubois

Et si lʼon arrêtait de toujours se raconter les mêmes histoires? Cʼest le défi quʼa relevé la productrice et créatrice de Picbois Productions, Karine Dubois, avec la populaire websérie documentaire Décoloniser lʼhistoire.

Karine Dubois
Karine Dubois

Diffusée par Télé-Québec, Décoloniser lʼhistoire relate des épisodes oubliés du passé, que ce soit la ségrégation des personnes afro-descendantes au Québec ou encore la sédentarisation forcée des Naskapi, un peuple autochtone originalement nomade. La forme est brève, l'animation est passionnée et le travail de synthèse impose le respect.

Lʼidée de ce projet est née dans la foulée de Briser le code (2020), un documentaire de Picbois Productions sur le racisme systémique, ponctué de capsules informatives et éducatives très appréciées de lʼauditoire.

« Mes enfants sont à lʼécole, et il y a encore énormément de chemin à faire pour changer les choses dans les classes, raconte en entrevue Karine Dubois. Comme je nʼai ni lʼénergie ni lʼexpertise pour réformer le système dʼéducation, jʼai voulu donner des outils au personnel enseignant. Comme ça, on accélèrera les affaires et on nʼattendra pas 25 ans pour que les programmes d'éducation changent. »

Vanessa Destiné, Youssef Shoufan et Aïcha Bastien Ndiaye, animateur·trices de Décoloniser l'histoire

Le plus incroyable avec Décoloniser lʼhistoire, cʼest à quel point le passé est utilisé pour éclairer le présent. Selon Karine Dubois, le passage des années ne signifie pas nécessairement une évolution des mentalités, surtout lorsque les mêmes erreurs se reproduisent sans cesse.

« Je ne sais pas si c'est heureux ou déprimant, pouffe la productrice, qui se trouve aussi derrière Seuls, un acclamé documentaire financé par le Fonds des médias du Canada (FMC) et présenté dans plusieurs écoles de la francophonie canadienne et qui témoigne de lʼexpérience des nouveaux arrivants. Pour la deuxième saison de Décoloniser lʼhistoire, il y avait un désir de Télé-Québec dʼétablir le plus de liens possible avec le présent. Malheureusement, cʼétait tellement facile puisque lʼhistoire se répète. En y décrivant les contours dʼune situation ou dʼune mécanique de pouvoir datant de 200 ans, on se rend compte que ceux-ci sʼappliquent encore aujourdʼhui. C'est incroyable! »

Seuls - capture d'écran

À travers notre Programme pour les séries numériques linéaires, le FMC a propulsé cette seconde saison en permettant notamment à lʼéquipe de prendre de lʼampleur et en ayant, par exemple, plus de temps pour assurer le montage. « Lʼapport du FMC nous a aussi permis dʼaugmenter la valeur de production, assure Karine Dubois. Il y a beaucoup plus dʼarchives à lʼécran. Nous avons pu donner davantage de moyens aux infographies et aux animations. »

Le succès de la deuxième saison donne envie à lʼéquipe de poursuivre pour une troisième saison, mais rien nʼest confirmé encore. Picbois Productions planche toutefois sur un nouveau projet à saveur historique. Il sʼagit de La bataille de Saint-Léonard, le nouveau film de Félix Rose (Les Rose), qui prendra place pendant la période pré-Loi 101 alors quʼune commission scolaire de Montréal décide dʼéliminer graduellement les écoles bilingues de son territoire, créant au passage dʼextraordinaires tensions entre les résidents francophones, anglophones et allophones de Saint-Léonard.

« Cʼest un projet costaud dans lequel il y a plein dʼaffaires qui convergent, dévoile la productrice. Cʼest Marie-Hélène Beaudry, chargée de rechercher les archives sur Décoloniser l'histoire, qui en assure
la direction de production. »


CMF-FMC
Le Fonds des médias du Canada (FMC) favorise, développe, finance et promeut la production de contenus canadiens et d’applications pour toutes les plateformes audiovisuelles. En outre, il oriente les contenus canadiens vers un environnement numérique mondial concurrentiel en soutenant l’innovation de l’industrie, en récompensant le succès, en favorisant la diversité des voix et en encourageant l’accès à des contenus grâce à des partenariats avec les secteurs public et privé. Le FMC reçoit des fonds du gouvernement du Canada et des distributeurs de services par câble, par satellite et par IP du pays.
En savoir plus